Et puis temps pis

Posté le 2 février 2007

Et puis temps pis dans Sommeil troublé 5815ffee49d79704

Bien que j’aimerais avoir le choix comme chacun d’entre nous je vis avec le temps, indéniablement.

Le temps est tantôt mon ennemi, et parfois mon allié, il sait se montrer cruel et impardonnable, tout comme doux et généreux. Tout simplement parce qu’aucune secondes ne ressemblent à la suivante, et chaque minute nous éloigne de la précédente. Le temps s’écoule et on aimerait parfois l’arrêter, mais aucun d’entre nous possède un tel pouvoir. Les secondes sont parfois trop long, toujours quand on voudrait qu’elles soient rapides, et le temps est court quand en voudrais prendre son temps. Les secondes sont des grains de sable, et pareillement elles sont grossières, agressives et s’insinuent partout, si bien que l’on est vite submergé.

Le plus beau des rêve que l’ont puisse aujourd’hui espérer et sans doute de prendre le temps d’avoir du temps. Le temps est la loi universelle qui écrit tout l’univers, pour la simple raison qu’on ne peut lutter contre le temps. Je ne crois pas en l’immortalité, parce que je crois en l’invincibilité du temps. Comme l’un de but que je me fixe en vain depuis toujours était de faire du temps mon allié, que chaque seconde soit savourée parce qu’on ne pourras pas y goûter à nouveau, les moment difficile comme les secondes de bonheur, le temps s’écoule, comme le sable d’un sablier. Au finale il faudrait pouvoir glisser avec lui, Ho comme j’aimerais avoir ce don, celui de l’épicurisme.

A la question, croit-tu en dieu ? , Je réponds que non je ne crois pas en dieu, mais je crois au temps; et même si je l’oublie parfois, j’avoue qu’il me fait peur. Le temps n’oblige personne à croire, il ne donne jamais son avis, il n’intervient jamais, il est juste lui, présent. Car c’est ça le véritable pouvoir celui de d’imposer sa présence, car on ne peut pas fuir le temps il vous rattrape forcement, et si vous ne croyez pas en lui, il est là quand même vous ne pouvez pas le nier.

Il paraît qu’il appartient à chacun de tracer les lignes de sa vie, alors je voudrais suivre celle du temps pour ne pas avoir à souffrir de lui…

Un commentaire pour « Et puis temps pis »

  1.  
    mamselle bulle
    19 février, 2007 | 22:01
     

    Sans lui, nous n’aurions pas les moments que nous avons déjà pu voir mon namour
    sans sa poursuite , nous n’en serions pas là
    et…se serais peutêtre mieux si nous n’avions pas à compter le temps…
    certe…mais vivons avec plutôt que de faire de lui notre ennemis…
    je t’aime
    toujour trop et jamais assez

Laisser un commentaire