Catégorie

Archive pour la catégorie « Au fil d’une plume »

Effet de Zailes

Effet de Zailes dans Au fil d'une plume nu1[horizontalement]

Je suis fille d’une pierre, fille d’un caillou, essence de la terre. Gaïa. Mère. Vie. Honteusement bafouée par la nature humaine. Détruite par sa création. L’élève devient le maître pour mieux la réduire. Poussière d’étoiles. Néant. Virtuel. Tout n’est que virtualité. Réalité imaginaire. Lespensées sont les bombes de notre peuple. Le matériel devient « im ». Rendons lui ce qu’elle nous offres. Gaïa. Généreuse. Bienveillante. Qui sommes nous pour tout ça. Race infime. Déchets végétaux. Saloperies radioactives. Destructon avant prévention. Mourir avant de vivre. Redevenons ce que nous avons toujours été. Ce qui nait de Gaïa retournera à Gaïa. Pris dans ses bras de lierre métaliques. Dans les bas-fonds d’un gouffre infini. Nous sommes enfants de pierres, enfants de cailloux, essences de la terre.

Et je disparait dans un courant d’air

 

Des mots un Blog :
Effet de Zailes



Free Hugs

Image de prévisualisation YouTube

« Je (Juan Mann) vivais à Londres au moment où mon univers s’est mis à basculer, et m’a forcé à rentrer chez moi. Le temps que mon avion atterisse à Sydney, tout ce qu’il me restait était un gros sac plein de vêtements, et un monceau d’ennuis. Il n’y avait personne pour me souhaiter un bon retour, aucun endroit où rentrer. J’étais un touriste dans ma ville natale.

Me tenant au milieu du terminal d’arrivées, regardant les autres passagers retrouver leurs amis et leur famille, leurs bras grands ouverts et leurs visages souriants, se prenant dans les bras et riant, je voulais qu’il y ait quelqu’un, là, à m’attendre. A être content de me voir. A me sourire. A me prendre dans ses bras.

Alors je me suis procuré un carton et un marqueur, et j’ai fait une pancarte. Je me suis rendu à la rue la plus fréquentée de la ville et j’ai levé mon panneau au-dessus de ma tête avec les mots « FREE HUGS » (accolades conviviales / câlins désinteressés / câlins gratuits / embrassades offertes) notés des deux cotés

Et pendant quinze minutes, les gens se sont contentés de regarder à travers moi. La première personne qui s’est arrêté m’a tapoté l’épaule, et m’a raconté que son chien venait de mourir ce matin. Que ce matin, c’était également l’anniversaire de la mort de sa fille unique dans un accident de voiture. Que tout ce dont elle aurait besoin à ce moment, où elle se sentait seule au monde, était un calin. Je me suis agenouillé, on a passé nos bras l’un autours de l’autre, et quand on s’est séparé, elle souriait.

Tout le monde a des problèmes, et c’est certain que les miens ne sont pas les pires. Mais voir quelqu’un qui fronçait les sourciles, sourire juste un instant, ça vaut à chaque fois le coup… »

freehugs.fr,http://www.freehugscampaign.org/.



Papillon

C’est un bouquet sans fleur
Une fleur sans parfum
Un parfum sans odeur
Une odeur sans plus rien
C’est une idée sans mot
C’est un mot sans pensée
Une pensée sans cerveau
Un cerveau sans passé
C’est un bijou sans corps
C’est un corps sans envie
C’est une envie sans mort
C’est une mort sans lit
Une chanson sans début
Un début sans histoire
Une histoire sans vécu
Un vécu sans mémoire

 

Nous avions tout notre temps
Ou celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi beaux que nous étions
Nous avions tout notre temps
Ou celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi beaux que nous étions

 

C’est un ciel sans espace
Un espace sans limite
Des limites sans trace
Une trace sans suite
C’est un amour sans coeur
Un coeur sans pulsation
Une pulsation sans heure
Une heure sans sensation
Un jardin sans verdure
Une verdure sans couleur
Une couleur sans peinture
Une peinture sans auteur
C’est un chemin sans fin
Une fin sans baiser
Un baiser sans humain
Un humain sans bébé

 

Nous avions tout notre temps
Ou celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi beaux que nous étions
Nous avions tout notre temps
Ou celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi beaux que nous étions

 

C’est un rire sans bouche
Une bouche sans peau
C’est une peau sans douche
Une douche sans eau
Une larme sanglot
Un sanglot sans bougie
Une bougie sans cadeau
Un cadeau sans ami
Un désir sans berceau
Un berceau sans prénom
Un prénom sans marmot
Un marmot sans poumon
C’est un amour sans coeur
Ce sont deux coeurs sans fruit
Comme deux fruits sans fleur
Comme deux fleurs sans pluie

 

Nous avions tout notre temps
Ou celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi beaux que nous étions
Nous avons tout notre temps
Plus celui des papillons
Pour faire nos enfants
Aussi forts que nous serons