Et puis temps pis

Posté le Vendredi 2 février 2007

Et puis temps pis dans Sommeil troublé 5815ffee49d79704

Bien que j’aimerais avoir le choix comme chacun d’entre nous je vis avec le temps, indéniablement.

Le temps est tantôt mon ennemi, et parfois mon allié, il sait se montrer cruel et impardonnable, tout comme doux et généreux. Tout simplement parce qu’aucune secondes ne ressemblent à la suivante, et chaque minute nous éloigne de la précédente. Le temps s’écoule et on aimerait parfois l’arrêter, mais aucun d’entre nous possède un tel pouvoir. Les secondes sont parfois trop long, toujours quand on voudrait qu’elles soient rapides, et le temps est court quand en voudrais prendre son temps. Les secondes sont des grains de sable, et pareillement elles sont grossières, agressives et s’insinuent partout, si bien que l’on est vite submergé.

Le plus beau des rêve que l’ont puisse aujourd’hui espérer et sans doute de prendre le temps d’avoir du temps. Le temps est la loi universelle qui écrit tout l’univers, pour la simple raison qu’on ne peut lutter contre le temps. Je ne crois pas en l’immortalité, parce que je crois en l’invincibilité du temps. Comme l’un de but que je me fixe en vain depuis toujours était de faire du temps mon allié, que chaque seconde soit savourée parce qu’on ne pourras pas y goûter à nouveau, les moment difficile comme les secondes de bonheur, le temps s’écoule, comme le sable d’un sablier. Au finale il faudrait pouvoir glisser avec lui, Ho comme j’aimerais avoir ce don, celui de l’épicurisme.

A la question, croit-tu en dieu ? , Je réponds que non je ne crois pas en dieu, mais je crois au temps; et même si je l’oublie parfois, j’avoue qu’il me fait peur. Le temps n’oblige personne à croire, il ne donne jamais son avis, il n’intervient jamais, il est juste lui, présent. Car c’est ça le véritable pouvoir celui de d’imposer sa présence, car on ne peut pas fuir le temps il vous rattrape forcement, et si vous ne croyez pas en lui, il est là quand même vous ne pouvez pas le nier.

Il paraît qu’il appartient à chacun de tracer les lignes de sa vie, alors je voudrais suivre celle du temps pour ne pas avoir à souffrir de lui…

Coeur Sombre @ 20:39
Enregistré dans Sommeil troublé, Songes
Amertissement

Posté le Mardi 30 janvier 2007

 

Prison Oeuf

A toi lecteur, oui toi derrière ton écran, je te consacre ce premier article.

Juste le temps pour moi de te prévenir, ce blog, tu n’y reviendras jamais. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien d’intéressant à y lire, pas même un article, pas même une phrase, pas même un mot, pas même une courbe. Tous ça n’est que l’étendue de mon égoïsme, je ne parlerais ici que de moi et je doute que cela te concerne. Oui j’affiche mes pensées non pas pour être lus mais seulement pour le plaisir d’écrire et l’amour des mots. Oui tu es prévenu lecteur je ne veux pas que l’on me lise. Et pourtant j’écris encore et encore comme on écrit un journal intime sans volonté de le partager, simplement pour écrire, et pour peut être un jour revenir sur ces pages.

Ainsi lecteur si tu tombe sur ce blog, oublie-le, ne vas pas plus loin, ça n’en vaut pas la peine. Il n’y a rien à lire, rien à voir, rien à apprendre, juste du moi. Moi dans son effrayante simplicité, un égoïsme comme il n’en existe que très peu, moi, moi, moi, moi…

L’histoire d’une vie, récit de pensées, contes de rêve. L’incroyable épopée d’un homme normal parmi tant d’autre auxquels il n’arrive rien, juste le train train quotidien, qui déteint sur moi, comme une tache indélébile à l’encre de chine.

Je sais que très peu de personnes savent lire entre les lignes, mais j’espère qu’il y en a un ou deux qui passerons par là

Merci

 

Coeur Sombre @ 21:02
Enregistré dans Annonces, Sommeil troublé
1234